05/06 – Communiqué de presse

La transparence pour restaurer la confiance : des engagements et des actes.

Tout au long de sa campagne de terrain, débutée il y a plusieurs mois, à la rencontre des habitants de la 9 ème circonscription de l’Isère, Patrick Cholat a pu constater combien nos concitoyens étaient de plus en plus méfiants vis à vis de leurs représentants et combien ils plébiscitent la transparence et la probité en politique.

Initialement une loi de moralisation de la politique devait être présentée cette semaine en Conseil des Ministres. Finalement, celle-ci a été reportée au mercredi 14 juin. Pour Patrick Cholat « Cette loi est nécessaire, et même indispensable, pour restaurer le lien de confiance entre les élus et les citoyens. Selon les premiers éléments dont nous disposons, les propositions vont dans le bon sens et rejoignent mes engagements et le « code de bonne conduite pour un mandat exemplaire » que j’ai présenté et mis en ligne il y a déjà plusieurs semaines. »

En tant que candidat aux élections législatives, Patrick Cholat s’est engagé, s’il est élu à :

  • Participer assidûment aux travaux législatifs
  • Rendre compte régulièrement aux habitants de la circonscription
  • Rester à l’écoute des citoyens et les consulter en amont du vote des lois en utilisant les outils de démocratie participative
  • Se consacrer exclusivement à son mandat de député
  • N’embaucher aucun membre de sa famille
  • Rendre publics le nom, la fonction et le salaire de ses collaborateurs
  • Tenir à disposition de tous l’état de ses dépenses
  • N’accepter aucun cadeau de la part de particuliers, d’entreprises ou de groupes d’intérêts.

Pour mettre en cohérence ses propositions et ses actes, Patrick Cholat vient de publier sur son site internet l’extrait de son casier judiciaire et ses déclarations de patrimoine et d’intérêts et d’activités.

« Je considère comme un impératif démocratique de rétablir une relation de confiance entre les élus et les citoyens. C’est le sens de la publication, en toute transparence, de ces documents et ce même si la législation ne l’impose pas à ce jour »